La blépharite et l’hygiène des paupières

La blépharite, c’est le nom de cette inflammation des paupières qui peut être chronique ou aiguë, et qui est parfois liée à un problème dermatologique. Elle est responsable de croûtes qui apparaissent au niveau des cils et elle peut conduire à l’apparition de chalazions et d’orgelets, ces impressionnantes altérations de la paupière. Quelles en sont les causes ? Quels médicaments prendre si l’on est atteint ? Existe-t-il des remèdes naturels pour en soulager les symptômes ? Pharma GDD fait le point sur la question et vous guide.

Qu’est-ce que la blépharite ?

Définition & anatomie de la paupière

Le terme « blépharite » nous vient du grec ancien blepharitis, qui signifie « de la paupière ». Elle désigne une inflammation du bord de la paupière, généralement plus incommodante et inesthétique que dangereuse, mais qui peut dans certains cas rares avoir des complications graves.

La paupière a pour rôle principal la protection du globe oculaire. Elle est constituée de deux faces : une antérieure, tournée vers l’extérieur et couverte de peau, et une postérieure, tournée vers l’œil. Cette face postérieure contient notamment les glandes de Meibomius. Ces glandes sébacées particulières sécrètent le meibum, constitué de lipides qui vont participer à la création du film lacrymal, cette fine pellicule de larmes qui lubrifie et protège la partie blanche de l’œil et la cornée. Sur les paupières de chaque œil, on peut dénombrer entre 50 et 70 glandes. Parmi les autres fonctions du meibum : il maintient les paupières closes la nuit lorsque nous dormons et diminue l’évaporation du film lacrymal.

La zone de transition entre les deux faces est nommée le bord libre : c’est là que sont implantés les cils. Et c’est aussi sur le bord libre, derrière les cils, que débouchent les canaux des glandes de Meibomius. Lorsque nous clignons des yeux, le meibum est sécrété hors des canaux. Deux autres glandes, sébacées (dites « de Zeiss ») et sudoripares (dites « de Moll ») sécrètent des substances chargées de lubrifier et de maintenir la souplesse des cils.

Glandes Fonction
de Meibomius Contribuent à la formation du film lacrymal
de Zeiss et de Moll Lubrifient et assouplissent les cils

Les différents types de blépharite

La blépharite a des causes multiples. Elle peut être aiguë ou chronique, et concerner plus la face antérieure, la face postérieure ou même l’angle formé par les deux paupières. Elle peut être le résultat d’une infection, d’une réaction allergique, d’un problème dermatologique, ou encore être le fruit d’un dysfonctionnement des glandes de Meibomius.

Les causes de la blépharite

Antérieure

Les causes des blépharites antérieures sont principalement :
- L’infection (bactérienne, virale, fongique ou parasitaire),
- L’allergie,
- L’affection dermatologique,
- La séborrhée.

Les blépharites antérieures sont majoritairement causées par une infection bactérienne, principalement causée par les staphylocoques Aureus, Epidermidis, le streptocoque ß-hémolytique et les bactéries Pseudomonas, Corynebacterium et Propionebacterium.  

L’infection par staphylocoque, la plus courante, peut être sans symptômes. Dans les autres cas, elle génère une sensation de brûlure et des démangeaisons, surtout dans la matinée. La paupière est enflée des suites d’un petit œdème. Des croûtes apparaissent à la base des cils. Leur retrait suscite de légers saignements. Les cils sont agglutinés, cassés et tordus.

L’infection menant à la blépharite est parfois le fait de virus : HZV (zona), HSV (herpès), Verrucae et Molluscum contagiosum (surtout chez les enfants), ou de champignons, Candida, Coccidioides, Aspergillus, Blastonyce et Microsporum.
Enfin, l’acarien Demodex, qui vit sur nos follicules pileux et au niveau de nos glandes sébacées, est très fortement soupçonné de jouer un rôle dans les blépharites. Ce n’est pas le seul organisme qui serait impliqué dans l’infection parasitaire des paupières ; Pediculus capitis et Pthirus pubis peuvent donner lieu à une phtiriase ciliaire, une infestation de poux ou de morpions sur les cils.

Hors infection, la blépharite antérieure peut être induite par une réaction allergique, notamment aux cosmétiques ou aux pollens. La mise en contact entre l’allergène et la paupière est directe en cas d’application d’un produit sur les paupières, ou indirecte, par exemple lorsque l’allergène est présent à proximité des paupières (cuir chevelu) ou sur les mains (et touche les paupières lorsque la personne se frotte les yeux). Cette blépharite provoque un œdème faisant gonfler les paupières. Elle s’accompagne de larmoiements, de démangeaisons et parfois de conjonctivites.

La face antérieure de la paupière étant couverte de peau, certaines affections dermatologiques sont susceptibles de s’étendre à la paupière et d’y déclencher une inflammation : psoriasis, eczéma…

Enfin, la blépharite antérieure peut avoir pour origine une séborrhée, une production excessive par les glandes. Dans la blépharite séborrhéique antérieure, les sécrétions trop abondantes des glandes de Zeiss et de Moll génèrent des croûtes, des squames et une légère inflammation.

Postérieure

Les dysfonctionnements des glandes de Meibomius sont les principaux responsables des blépharites postérieures. Il peut y avoir soit une trop grande production de meibum (on parle alors de séborrhée meibomienne), soit une sécrétion difficile ou impossible à cause d’un meibum épaissi (c’est la meibomianite). Les blépharites qu’elles induisent sont chroniques.

La séborrhée meibomienne provoque des sensations de brûlure et un film lacrymal d’aspect mousseux. La meibomianite génère également ce type de sensations, ainsi que des croûtes, des  larmoiements, une vision brouillée et une photophobie.

Parfois, le dysfonctionnement des glandes de Meibomius est lié à la rosacée ou à la dermite séborrhéique, des affections dermatologiques couramment accompagnées de blépharites.

Beaucoup plus rarement, ces dysfonctionnements sont induits par la maladie de Gougerot-Sjögren.

Une blépharite antérieure peut mener à une blépharite postérieure. Les trop grandes sécrétions séborrhéiques et les squames sont susceptibles d’attirer des bactéries. Il n’y a pas compartimentation entre les formes de blépharites, l’une pouvant mener à une autre.

En résumé, les symptômes des blépharites sont en général des rougeurs, des démangeaisons, une sensation d’inconfort, un gonflement, la présence de squames et de croûtes au départ des cils.

Les complications possibles de la blépharite

Le chalazion

La meibiomanite, en bouchant les canaux des glandes de Meibomius, déclenche une accumulation de meibum dans la glande. Une « boule » se forme sous la peau, douloureuse au toucher. C’est ce que l’on appelle un chalazion.

L’orgelet

L’infection bactérienne, particulièrement par Staphylococcus aureus, peut toucher une glande de Zeiss et induire ce que l’on appelle un « furoncle du cil », caractérisé par une petite boule au départ d’un cil. On l’appelle également « hordéole » ou « compère Loriot ».

Sécheresse oculaire

Les staphylocoques, lors d’une infection, émettent des toxines et des enzymes qui dégradent les lipides entrant dans la composition du film lacrymal. Il en résulte une sécheresse oculaire qui peut alterner avec une trop grande émission de larmes.

Ectropion, entropion et atteinte des cils

La blépharite induite par les staphylocoques, si elle dure et se répète, peut provoquer des anomalies au niveau des cils. Ceux-ci peuvent blanchir (c’est ce que l’on nomme la poliosis), chuter (madarosis) ou se tourner vers l’œil (trichiasis).
Parfois, le bord de la paupière se renverse, soit vers l’extérieur (c’est l’ectropion), soit vers l’intérieur (c’est l’entropion).
Le frottement des cils contre l’œil consécutifs à l’entropion et au trichiasis va déclencher des conjonctivites voire des ulcérations pouvant conduire à une altération de la cornée et une vision diminuée.

Soigner la blépharite

Les causes de la blépharite étant multiples, il n’y a pas un traitement, mais plusieurs. Certains ne traitent pas la cause, mais apaisent les symptômes. Souvent, il y a récidive, la blépharite ne disparaissant pas totalement.

L’hygiène des paupières

L’un des plus importants gestes d’hygiène des paupières, que l’on soit ou non sujet aux blépharites, est le démaquillage. Il ne faut en aucun cas le négliger.

L’hygiène des paupières en cas de blépharite suit le cycle chaleur > massage > nettoyage du bord des paupières.

La chaleur fluidifiant le meibum, assouplissant les croûtes et désobstruant les canaux bouchés, se tourner vers la thermothérapie peut se révéler pertinent. On peut faire chauffer un gant de toilette ou des compresses, ou utiliser des petits coussins thermiques spécialement conçus, ergonomiques, pratiques et sécurisants.

La chaleur ayant fait son œuvre, il faut effectuer des mouvements de massage des paupières pour aider les glandes à éliminer leurs fluides. Ces gestes de massage doivent s’effectuer de façon à optimiser l’évacuation des liquides, c’est-à-dire du bas vers le haut pour la paupière basse, et du haut vers le bas pour son opposée. Il faut légèrement insister sur le départ des cils. Ces gestes doivent être réalises avec des mains bien propres.

Retirer les croûtes et squames sans préparation va s’avérer fastidieux, douloureux et sanglant. Pour les supprimer sans difficulté, les laboratoires pharmaceutiques ont élaboré des produits faciles à appliquer et spécialement formulés pour une action douce. Ils contiennent parfois des actifs hydratants (acide hyaluronique), apaisants (allantoïne) et cicatrisants . Ils se présentent sous la forme de solutions qui serviront à imbiber une compresse, ou de lingettes déjà imprégnées.

Notre sélection :

Pour palier la sécheresse oculaire qui survient souvent lors de la blépharite, des larmes artificielles, disponibles en unidoses, en spray ou en collyre sont disponibles. Il est vivement recommandé de n’utiliser que des larmes artificielles sans conservateurs.

Notre sélection :

Pour éliminer l’orgelet, il faut le masser délicatement avec une compresse imbibée de produit destiné à l’hygiène des paupières. Il devrait se percer de lui-même au bout de quelques jours. En ce cas, vous pouvez éliminer croûtes et pus, toujours à l’aide d’un produit d’hygiène des paupières.
Si l’orgelet ne se perce pas au bout de 5 jours, ne le crevez pas vous-même, consultez votre médecin.

Le traitement dermatologique

La blépharite est souvent liée à des problèmes dermatologiques qui finissent par concerner la paupière. Les pathologies de la paupières sont à la croisée de la dermatologie et de l’ophtalmologie. En cas d’atteinte cutanée et oculaire, il convient de traiter les deux.
En pharmacie, des produits contrant les effets de la rosacée, apaisant les dermatites atopiques  ou luttant contre les champignons responsables des dermites séborrhéiques sont disponibles. Certains peuvent être appliqués sur la paupière pour apporter un soulagement très rapide.

Notre sélection :
- La Roche-Posay Toleriane Ultra Contour des yeux.
- SVR Topialyse Palpébral crème paupières.

Les médicaments

En cas d’infection bactérienne, le médecin prescrira si besoin des antibiotiques (acide fucidique et azythromycine) généralement sous forme de collyre ou de pommade.
Si Demodex est impliqué, l’ivermectine est recommandée. En cas d’infection virale, le médecin peut prescrire un antiviral.

Contre les poux et morpions ayant infesté les cils, la vaseline ou la fluorescéine à 20 % sont efficaces et moins laborieux à utiliser qu’une élimination à la pince à épiler.

Le médecin peut aussi contrer l’inflammation en ordonnant la prise de corticoïdes.

Les traitements naturels contre la blépharite

L’essence d’arbre à thé (Tea Tree), un arbuste australien utilisé traditionnellement par les Aborigènes pour ses propriétés médicinales, a d’exceptionnelles capacités antiseptiques. Il serait efficace contre Demodex en nettoyage des paupières. L'huile essentielle de Tea Tree ne doit pas être utilisée pure, elle pourrait provoquer des irritations. Elle doit s'utiliser diluée dans une huile minérale, dont elle ne constituera que 5 % du produit final. Elle est appliquée à l'aide d'un coton tige sur les cils.

L’homéopathie propose des souches réputés en cas de blépharite : Calcarea Sulfurica (en cas de suppuration) et Ambrosia Artemisiaefolia (contre les démangeaisons).

En phytothérapie, les plantes recommandées pour leurs effets sont le plantain, réputé anti-inflammatoire, la camomille, renommée pour ses vertus apaisantes, le bleuet,  qui entre dans la composition de collyres soulageant les irritations oculaires et l’euphraise, surnommée le « casse-lunettes », utilisée depuis l’Antiquité pour traiter les inflammations des yeux, les blépharites et les orgelets.

Notre sélection :

Quand consulter ?

Il est préférable de consulter un médecin en cas de blépharite récidivante, d’orgelets à répétition ou qui ne disparaissent pas en 5 jours malgré les mesures prises, ou si la blépharite est trop douloureuse.
L’ophtalmologiste saura mener les tests pour identifier précisément la cause de la blépharite et orienter le traitement. L’allergologue vous aidera à identifier le déclencheur de la blépharite allergique et vous conseillera.


La blépharite est généralement incommodante mais sans dangers. Récidivante, elle peut nuire à la qualité de vie. Des solutions ont été mises au point, permettant de supporter les principaux symptômes.

Pour aller plus loin :
Prévenir et soigner la conjonctivite.
Yeux secs et fatigués : pensez aux larmes artificielles