Comment bien choisir son thermomètre ?

Quand la période hivernale amène son lot d’épidémies et que l’organisme est touché, cela se traduit souvent par de la fièvre accompagnée de symptômes : frissons, courbatures, bouillant glacé, soif intense, accélération du rythme cardiaque, fatigue, céphalées. Si tel est votre cas, c’est le moment de vous poser et de vérifier si vous avez de la fièvre. Pour cela, il vous faudra un thermomètre.

En effet, si ces signes annoncent sans doute l’apparition de la fièvre, il est important de le vérifier en prenant la température du corps.
Toute température anormale mérite une surveillance et cela permettra au médecin de poser un diagnostic si les symptômes persistent.
La température normale du corps est en moyenne de 37°C, cependant, elle peut varier entre 36,5°C et 37,5°C selon les individus.
Mais vous l’aurez compris, prendre sa température avec un thermomètre est indispensable.

Or, comme elle est loin l’époque du bon vieux thermomètre au mercure que les enfants chauffaient en le passant sous l’eau chaude pour manquer un jour d’école, Pharma GDD vous explique quelles sont les voies possibles, quel thermomètre choisir et selon quels critères.

L’histoire du thermomètre médical 

Le thermomètre médical est l’appareil qui sert à mesurer et à afficher la valeur de la température corporelle. Cela n’a peut-être l’air de rien, mais depuis l’Antiquité et la fabuleuse découverte de Galilée, ce petit instrument de mesure n’a pas cessé d’évoluer. En effet, le thermomètre médical bouge pour se mettre au goût du jour et offrir ses précieux services.

Certes, durant longtemps, la prise de température corporelle demeura approximative et le praticien n’avait qu’à poser sa main sur le front du patient, pour mesurer son degré de fièvre. Des années passèrent encore et on ajouta à la main posée sur le front bouillant, le comptage approximatif des pulsations que faisait le cœur du malade à son poignet. En ce temps-là, on prenait le pouls sans connaître l’usage du thermomètre.

Ainsi, il aura fallu de nombreuses décennies pour mettre au point ce petit appareil de mesure extraordinaire et le faire rentrer dans les mœurs. Mais qu’à cela ne tienne car il est certain que si Carl Wunderlich, médecin allemand, n’avait pas eu un bon thermomètre derrière l’oreille, il n’aurait jamais pu rédiger ses célèbres travaux sur la fièvre.

C’est ce qui permet aujourd’hui de voir la fièvre sous un autre angle, d’en connaître les mérites comme les risques.
Au fil du temps, cet instrument de mesure s’est adapté à nos modes de vie pour intégrer nos trousses à pharmacie familiales et y prendre une place importante.
Toutefois, le thermomètre médical a tellement évolué, qu’il en existe aujourd’hui une multitude et c’est pourquoi Pharma GDD vous propose un éclairage sur les différentes options à votre disposition, ainsi que les diverses méthodes pour effectuer la prise de température.

Quelles sont les voies possibles pour utiliser un thermomètre ?


La voie rectale :
Elle consiste, après l’avoir préalablement désinfecté, à introduire dans le rectum un thermomètre médical classique ou électronique.
Pour prendre la température d’un nourrisson, couchez le sur le dos et repliez ses genoux. Le thermomètre est enfoncé sur une longueur d’environ 2,5 cm (bout argenté) et pendant 3 minutes. Il peut ensuite être retiré et la lecture faite sur les graduations ou l’écran digital. Nettoyer le thermomètre après usage.

Si vous avez opté pour un thermomètre classique, secouez-le après chaque utilisation pour que le liquide redescende sous 36°C. Une température corporelle normale par voie rectale est comprise entre 36,2°C et 37,7°C. Au delà, il s’agit de fièvre.

Cette méthode est la plus fiable car c’est celle qui donne précisément la température centrale du corps.

La voie buccale :
Elle consiste à placer la sonde propre d’un thermomètre classique ou électronique sous la langue en veillant à bien refermer la bouche et à respirer par le nez. Le patient devra être au repos et ne pas avoir bu de boisson chaude ou froide. De même, il vaut mieux ne pas avoir ingéré des aliments juste avant la prise de température. Attendre 3 minutes et le retirer pour lire sur les graduations ou l’écran digital. Nettoyer le thermomètre après usage.

Si vous utilisez un thermomètre classique et en raison de sa gaine en verre cassable, cette méthode est déconseillée pour les enfants de moins de cinq ans, qui risquent de mordre l’instrument de mesure. Une température normale par voie buccale est comprise entre 35,7°C et 37,3°C. Passé ce seuil, vous avez de la fièvre.

Cette méthode est moins fiable que la précédente, mais elle est couramment utilisée par les Anglais.

La voie axillaire :
Elle consiste à placer la sonde désinfectée d’un thermomètre classique ou électronique sous l’aisselle et bien au centre, en prenant soin de bien replacer le bras le long du torse pour éviter que l’air ne passe. Si vous avez opté pour un thermomètre classique, il faudra au préalable bien le secouer pour que le liquide passe sous 34°C. Maintenez le thermomètre en place pendant 4 minutes. Retirez-le et lisez le résultat.

Une température corporelle normale par voie axillaire est comprise entre 35,2°C et 36,7°C. Enfin, cette méthode n’est pas très fiable en raison de l’air qui passe sous les aisselles. Elle peut intervenir dans un premier temps, mais devra être vérifiée par une autre voie (rectale ou tympanique) au moindre doute.

La voie tympanique :
Elle consiste, après avoir pris connaissance de la notice de votre thermomètre auriculaire et l’avoir muni d’un nouvel embout propre à usage unique, à insérer doucement la sonde dans le conduit auditif. Prenez soin de tirer légèrement le pavillon de l’oreille à la fois vers le haut et en arrière afin de bien le positionner et d’obtenir une mesure précise. Appuyez ensuite sur le bouton de l’appareil et gardez le bouton enfoncé quelques secondes. Au signal sonore, retirez le thermomètre et lisez le résultat affiché sur l’écran.

Une température normale par voie tympanique est comprise entre 35,8°C et 38°CJetez l’embout après usage.

Cette méthode est fiable, mais il est recommandé de réitérer la prise de température trois fois pour être sûr du résultat.
Toutefois, sachez que la présence éventuelle d’un bouchon de cérumen risque de fausser le résultat.

Quel thermomètre choisir ?


Le thermomètre classique

C’est le thermomètre traditionnel, celui que nous connaissons tous et dont on plaçait le globe dans la bouche du patient pour connaître sa température corporelle.
Fiable, simple et pratique, il est fabriqué sans mercure depuis 1999 et contient à la place un alliage de gallium, indium, étain que l’on appelle le galinstan. C’est la dilatation de cet alliage qui, sous l’effet de la chaleur, fait monter le liquide dans la colonne du thermomètre.

Couramment utilisé dans le milieu médical, il permet une prise de température rectale, buccale et axillaire. Ce modèle nécessite un nettoyage systématique après usage à l’aide d’un coton humidifié par un désinfectant, comme l’alcool isopropylique

Ce thermomètre classique est fiable, mais il est moins adapté pour un usage familial car il nécessite l’immobilité du patient pendant un minimum de 3 minutes, ce qui peut être long quand la prise de température corporelle s’effectue sur un bébé ou un jeune enfant. De plus, de par sa gaine en verre cassable, il représente toujours un risque et ne pourra en aucun cas être utilisé par voie buccale chez les petits.

Le thermomètre électronique

Le thermomètre électronique a été élaboré dans les années 1970 et il offre les mêmes garanties que le thermomètre classique en matière d’exactitude des données pour une prise de température par voie rectale, mais il présente l’avantage d’afficher le résultat sur un écran LCD (cristaux liquides) pour offrir une facilité de lecture et un usage simplifié et plus rapide. De plus, un bip sonore permet d’être informé lorsque la prise de température a été effectuée. Bien sûr, il faut désinfecter votre thermomètre avec de l’alcool isopropylique après usage.

Un thermomètre électronique permet également une prise de température corporelle par voie buccale ou axillaire, mais quelque soit le type de thermomètre choisi, ces voies demeurent plus aléatoires et n’offrent pas des résultats aussi précis qu’en procédant par voie rectale. Contrairement au thermomètre classique, le modèle électronique ne casse pas et fonctionne avec une pile.

Si ce type de thermomètre convient pour toute la famille, il existe néanmoins quelques variantes intéressantes.
En effet, ce modèle de thermomètre électronique peut être doté d’un embout flexible pour apporter plus de confort en faveur des nourrissons et favoriser la surveillance de leur température par voie rectale.

Enfin, si vous ne souhaitez pas devoir pratiquer une désinfection après chaque utilisation, tout a été pensé pour vous faciliter les choses et vous pouvez tout à fait vous munir de fourreaux spéciaux à usage unique qui vous dispenseront de ce type de manipulations.

Le thermomètre auriculaire

Le thermomètre auriculaire, développé en 1991, permet, de par son fonctionnement à infrarouge, une prise de température corporelle moins contraignante et offre la possibilité de connaître la température du patient en quelques secondes. Il offre également une lecture LCD et émet un signal sonore quand la mesure a été prise.

Muni d’une sonde conique pour capter et mesurer la chaleur dégagée par la membrane tympanique, il donne de bons résultats en termes de rapidité et de confort du patient, mais il s’avère un peu moins précis en ce qui concerne la température corporelle des tout petits avant l’âge de deux ans que les thermomètres précédents.

Toutefois, il est d’un grand secours lorsqu’on a de jeunes enfants qui cumulent les petits maladies infantiles et délivrera une mesure bien plus pertinente qu’un thermomètre classique ou électronique utilisés en mode buccal ou axillaire. En effet, le tympan constitue une zone corporelle excellente pour relever la fièvre.
Ce secteur corporel offre de bonnes conditions et ne souffre ni des courants d’air ni de l’humidité générée par la transpiration, à l’inverse des voies axillaires et buccales où l’air passe et où l’humidité risque de fausser les résultats. Par conséquent, ce type de thermomètre apporte une alternative très intéressante et trouve souvent sa place au sein des familles.

Néanmoins, ce matériel nécessite d’être choisi et manipulé avec précaution car la présence d’un éventuel bouchon de cérumen peut fausser la mesure et pourrait faire passer à côté d’un état fébrile. Par ailleurs, ce thermomètre aux atouts incontestables, ne conviendra pas pour prendre la température des enfants qui sont sujets aux otites répétées et dont le tympan reste extrêmement sensible. Le thermomètre auriculaire est donc idéal en second recours ou à partir de deux ans chez l’enfant.

Il en existe plusieurs versions et certains, comme le thermoscan de la marque Braun offrent la possibilité d’enregistrer les dernières mesures relevées.
Il permet de limiter les gestes médicaux intrusifs et de pouvoir vérifier la température des grands comme des petits à tout moment de la journée.
Ce thermomètre n’implique pas de nettoyage, il est livré avec des embouts à usage unique et nécessite simplement l’achat de recharge.

D’autres modèles cumulent la possibilité de prendre la température par voie tympanique et frontale. Ces types de thermomètres fonctionnent avec des infrarouges et c’est le cas avec le thermomètre thermoval duo scan.

Le thermomètre temporal/frontal

Vous connaissez certainement l’indicateur frontal, principalement utilisé dans les écoles ou au sein des collectivités accueillant de jeunes enfants et qui présente l’avantage de permettre d’évaluer rapidement si une prise de température sera nécessaire. Il se présente sous la forme d’une bandelette plastifiée à poser sur le front du malade et il change de couleur lorsque le sujet est effectivement fébrile. Il ne s’agit pas d’un thermomètre, mais il rend tout de même service dans un premier temps.

Il permet d’être renseigné dans les meilleurs délais sans impliquer la moindre contrainte et son utilisation est on ne peut plus simple, mais ses résultats trop approximatifs ne conviennent pas à un usage médical.

En revanche, de vrais thermomètres frontaux offrent la possibilité de prendre la température corporelle d’un jeune enfant sans avoir ni à perturber son sommeil ni à le déshabiller ni à lui imposer l’immobilité, par un simple contact avec un front sec. Il ne nécessite pas davantage de procéder à une désinfection.
Il émet un signal sonore et affiche le résultat sur un écran LCD. De plus, il est capable d’enregistrer les 12 derniers relevés de température et de convertir les résultats en température rectale pour un maximum de garanties.

Le thermomètre sans contact

Avec la formidable avancée technologique, de nouveaux modèles sont apparus : les thermomètres sans contact qui permettent comme leur nom l’indique de surveiller la température d’un patient sans le déranger. Ces nouveaux types de thermomètres ont été mis au point de façon à optimiser le confort de l’enfant et du patient en général pour limiter la gêne occasionnée par une prise de température régulière.

Ces nouveaux appareils n’impliquent donc aucun contact et fonctionnent à l’aide d’infrarouge et d’une pile (Ex : thermomètre tempo laser).

De plus, ce type de thermomètres ne nécessitent pas de nettoyage et sont par conséquent, très hygiéniques comme le thermomètre thermoflash. Ils sont capables d’évaluer par voie frontale ou temporale, la température corporelle et d’en livrer les résultats qui s’affichent, signalés par un bip sonore en quelques secondes.

De surcroît, certains modèles bénéficiant d’une technologie de pointe sont désormais en capacité d’enregistrer au moins dix dernières mesures de prise de température corporelle et également de mesurer la température du biberon et/ou la température ambiante d’une pièce.

Les avantages qu’ils offrent sont évidents et seront très appréciés pour assurer la surveillance de la température corporelle de jeunes enfants que l’on ne souhaite pas déranger constamment ou bien lors de longues maladies qui imposent un suivi régulier et une attention de tous les instants, mais qui génèrent du stress chez le patient. Ils peuvent intervenir en complément d’un thermomètre électronique.

Les critères de choix

Après ce tour d’horizon sur les différents types de thermomètres à votre portée et avant de vous arrêter sur un modèle bien spécifique, vous devez prendre en compte les critères de choix déterminants qui vont vous permettre de vous positionner sur un modèle plutôt qu’un autre et de définir clairement quel est le thermomètre médical qui vous conviendra le mieux.

Les critères de choix d’un thermomètre sont déterminés par l’âge de la personne pour laquelle il est destiné. Ils seront également motivés par la précision de la mesure, par les conditions qu’imposent la prise de température et les impératifs liés à l’hygiène qu’il requiert. Et, bien sûr, votre budget constituera un élément important pour prendre votre décision.

Pour vous aider, nous avons regroupé ces informations dans un tableau.

Les critères de choix d’un thermomètre médical :

Modèle Fiabilité Pratique Coût Entretien Public Produit
Classique +++ + Obligatoire Ne convient pas aux enfants de + de 2 ans

Adultes
thermomètre classique sans mercure
Electronique +++ ++ Obligatoire De la naissance jusqu'à 2 ans chez l'enfant

Adultes
thermomètre électronique Torm

Thermomètre Digital Euromedis
Auriculaire ++ +++ €€ Aucun, embouts à usage unique A partir de 2 ans chez l'enfant

Adultes
thermomètre auriculaire Omron

thermomètre auriculaire Braun
Frontal/
Temporal
++ +++ €€ Aucun Plus de 5 ans chez l'enfant

Adultes
thermomètre frontal

Thermomètre temporal et auriculaire